Parler de la gestion des déchets à Marseille, c'est un peu comme parler de la pluie et du beau temps, c'est un sujet de conversation au quotidien. Réputée sale, la Cité phocéenne souffre à la fois d'un incivisme de sa population, de commerçants qui jettent souvent leurs déchets non-triés et de préférence chez le voisin, d'un service de propreté pointé du doigt chaque mois pour son manque de rigueur et son je m'en foutisme, d'une absence de volonté politique réelle pour favoriser le tri sélectif, d'une urbanisation totalement archaïque où des grands axes sont connectés avec des ruelles le tout animé de temps en temps par un mistral qui balaye tout n'importe comment.

Bref, la propreté à Marseille, c'est pas gagné. En 2013, nous avons voulu profiter de la capitale européenne pour intervenir de façon originale et artistique sur cette question. Nous avons d'abord fait produire à une entreprise Marseillaise Milhe et Avons 30 000 sacs poubelles biodégradables estampillées Marseille 2013 OFF. 10 000 ont été confiés à AREMACS, spécialiste du tri dans les manifestations culturelles. Nous avons utilisé les 20 000 autres dans toutes les manifestations du OFF durant l'année 2013, dont YESWECAMP qui en a été le plus grand consommateur.

En Novembre 2012, nous avons confié à PIERRE-YVES GRAF le projet. Pierre-Yves a imaginé le projet d’une poubelle géante (7 m de long, 2m,5 de diamètre) renversée tout en métal se transformant en galerie d’art ouverte sur la rue.

Destinée à être installé durant tout le mois de novembre 2013 sur le Cours d'Estienne d'Orves en plein cœur du centre-ville, elle a été réalisée avec les ateliers Sud Side.

A l'intérieur se sont produit plusieurs artistes avec des installations. Cette intervention dans l'espace public a fortement intrigué les nombreux passants de cette place, ainsi que les institutions publiques.

Nous souhaitions, par cette action, questionner notre rapport aux déchets et grâce aux artistes transformer notre regard sur cette question. Au final, un travail de sensibilisation à la question du tri a été également abordé par ce biais ludique et artistique.