L’utilisation des transports en commun pour se déplacer dans Marseille est de plus en plus importante, notamment du fait de l’évolution urbanistique de la ville qui tend à donner moins de place à la voiture.

Ce mode de déplacement est encore plus important pour les visiteurs et les touristes, comme l’a démontré la capitale européenne de la culture. Le métro et le tramway représentent donc souvent le premier contact physique reliant les touristes à la ville. l’aménagement des quais, les couleurs, les odeurs, les sensations sont nombreuses et s’inscrivent de façon durable.

Elles contribuent à prédéterminer la vision que les visiteurs auront de la ville et peuvent venir contredire les clichés prédéterminés. Ainsi, le sentiment d’insécurité (présupposé négatif) peut être totalement balayé par une ambiance apaisée dans la rame de métro ou de tram. De même, les visages fermés et le silence peuvent contribuer à casser le présupposé positif de l’appétence aux bons mots (la gouaille marseillaise).

«Les sons de la cité» de Marseille 3013 sont une proposition pour répondre à cette problématique.
Par les structures de diffusion audio existantes des stations du réseau RTM, des pastilles sonores de courtes durées (20 secondes) sont proposées à l’écoute des passagers dans les stations.

Ces pastilles mettent en scène des témoignages d’habitants comme des « moments de vie ». Elles seront mixées avec les sons apaisés de la ville (jardins d’enfants, boulodrome, vélo, clapotis de l’eau). Ces témoignages narrés comme des « moments de vie » peuvent avoir des couleurs culturelles, historiques, anecdotiques, géographiques, « humoristiques ».
Elles apportent des informations sur la ville, ses sites, son mode de vie et introduisent de la couleur, l’accent, recréant ainsi une relation entre le souterrain et la surface (métro) ou l’intérieur et l’extérieur (le tram).

En si ça peut faire rigoler tout le monde...